•  

    AUTOGIREUn autogire, c'est quoi? 

    L'histoire des voilures tournantes débuta avec le gyroplane, le 9 janvier 1923.

    C’est à cette date que l’inventeur du gyroplane, Juan de la Cierva, fit voler son « autogiro» pour la première fois, impressionnant au passage les autorités militaires espagnoles.

    Son invention, qui révolutionna le monde de l’aviation fut d’entretenir le mouvement du rotor par autorotation. (Contrairement à l’hélicoptère qui utilise son moteur pour maintenir son rotor en mouvement).

    A l’instar des versions d’origine, les moteurs des autogires d’aujourd’hui ne servent qu’à faire tourner l’hélice pour faire avancer la machine (translation). Le rotor quand à lui utilise le vent relatif, créé par le déplacement de la machine dans l’air, pour entretenir de l’autorotation.

    C’est cette autorotation qui fournit la portance au gyroplane. 

     

    Et si le moteur venait à s'arrêter?

    Nos autogires sont dotés de moteurs d'avion quatre temps très fiables.

    Cependant, nul n'est à l'abri d'un incident ou d'une panne mécanique.

    Dans le cas d’une défaillance du moteur, l’autogire va ralentir et perdre doucement son altitude, créant de ce fait un vent relatif venant non plus de l'avant vers l'arrière, mais essentiellement du bas vers le haut.

    Comme lors du vol en translation, c'est ce vent relatif qui va entretenir l'autorotation, assurant la portance de l'appareil.

    Une des machines les plus sûres

    De par ses caractéristiques et son domaine de vol étendu, l’autogire restera maniable et parfaitement contrôlable tout au long de le descente pour effectuer un posé en toute sécurité. Cette faculté de descente en autorotation, propre aux voilures tournantes, est mise en pratique dès les premières leçons de vol et fait partie du coté ludique du vol en autogire.

    L'autogire possède une maniabilité exceptionnelle, du pur plaisir avec une plage de vitesse s'étendant de 00 à 150 km/h.

     

    L'autogire répond aux conditions techniques suivantes :

    U.L.M. de classe 4 - Monomoteur :
    La puissance maximale continue est inférieure ou égale à
    75 kW (100 CV) pour les monoplaces et à 90 kW (120 CV) pour les biplaces;
    La masse maximale est inférieure ou égale à 300 kg pour les monoplaces et à 450 kg pour les biplaces.
    La charge rotorique à la masse maximale est comprise entre 4,5 et 12kg/m2.






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires